Notre ville à un tournant de son histoire

Nous, habitant·e·s engagé·e·s à Saint-Denis, voyons les attentes, le dynamisme, les énergies positives mais aussi le mécontentement, les envies de changements et les dangers qui guettent notre ville. Il est urgent de donner toute leur place aux habitant·es, de réinventer la manière de gouverner, de décider. Une participation réelle, avec de vrais pouvoirs d’action et de décision est nécessaire pour sortir de la concentration du pouvoir et la technocratie qui se sont installé.es.

Plus de cinq cents dionysien·ne·s ont déjà participé à l’élaboration de notre programme.
Nous avons rencontré plus de cinquante acteurs locaux et experts de la santé, de la culture, de l’éducation, de la sécurité, de l’écologie urbaine… Une soixantaine de rencontres de quartier, de réunions d’appartement et de cafés citoyens (Franc-Moisin, Saussaie-Floréal-Courtille, Joliot-Curie, Porte de Paris, Pablo-Neruda, Pleyel, Stade de France…) ont eu lieu depuis cet été… et ça continue. Notre meeting de lancement de campagne a été un grand succès et a montré une équipe à l’image de la ville et de sa diversité.

Le prochain meeting aura lieu le dimanche 19 janvier.
Le pari du collectif nous intéresse, pour que la politique se fasse autrement. Dans ce chantier, chacune et chacun apporteront des idées très concrètes pour répondre à ces trois urgences : la démocratie, l’écologie et les inégalités sociales.

Saint-Denis est menacée. Pas, comme voudraient le faire croire certains, à cause de l’immigration ou de l’islam, ni même à cause de prétendus « bobos », mais par des bouleversements économiques, sociaux et environnementaux sans précédent.
Le Grand Paris, les Jeux Olympiques, la rénovation urbaine sont devenus des instruments de profit pour une poignée d’entreprises et d’investisseurs, au lieu d’être au service de tous. Pendant ce temps, les écoles deviennent trop petites, trop vieilles ou mal entretenues, la Poste disparaît des quartiers, les systèmes de santé périclitent, les bus débordent, la pollution menace nos enfants, des adolescents s’entretuent, le mal-logement et la précarité demeurent… C’est la population qui paie au quotidien la facture. Le danger, c’est que certains quartiers de Saint-Denis et leurs habitant·e·s soient rejeté·e·s en marge de la ville, que les plus modestes soient poussés à partir.

Il est impérieux de défendre ouvertement le droit à la ville des Dionysien.nes. C’est à cela que nous allons consacrer toute notre énergie. Pour bâtir un projet autour d’une liste citoyenne et visant à Faire Saint-Denis en commun, pour vivre mieux dans notre ville.

Fermer le menu
×
×

Panier