Le 28 juin prochain, les Dionysiennes et les Dionysiens auront à se prononcer sur leur future équipe municipale.
Saint-Denis en Commun condamne l’attitude du PCF et de EELV qui ont préféré partir seuls au second tour plutôt qu’unis avec notre liste, et ce alors qu’un accord programmatique avait été scellé. Face à la crise sanitaire et sociale qui frappe particulièrement notre ville, l’union des forces était nécessaire. Le choix qui a été fait est irresponsable et la situation qui en résulte appelle un débat approfondi à gauche sur les questions relatives à la lutte contre les discriminations et le racisme, contre l’islamophobie et contre les violences policières. Dans ces conditions et étant donné que les voix de nos électeurs ne nous appartiennent pas, nous comprenons que nombre de ceux et celles qui ont voté pour Saint-Denis en Commun au premier tour aient des difficultés à faire leur choix quant à leur vote du second tour.

Évidemment, nous les respectons. Nous prenons acte de la déclaration de la liste Vivre Saint-Denis en Grand s’engageant à soumettre aux Dionysien.ne.s une partie du programme que nous avions construit ensemble. Il comporte en effet de réelles avancées pour les Dionysien.ne.s (renégociation de l’ANRU au Franc Moisin, nouveau projet pour l’échangeur Pleyel avec les habitant.e.s, limitation de la place de l’immobilier de bureau et priorité à la relocalisation d’activités productives, etc.) et des mesures qui constitueront dès demain une réponse forte à la crise sanitaire, sociale et scolaire : recrutement d’ATSEM dans les écoles maternelles, renforcement du taux d’encadrement de l’aide aux leçons (1 encadrant pour 8 élèves), développement de l’attractivité en direction des médecins (locaux et loyers adaptés, bourses pour les étudiants en médecine s’engageant à exercer sur le territoire) et de l’activité des centres de santé dans les quartiers, ouverture d’un centre de santé à Pleyel, doublement des bourses « étudiant.e.s solidaires », augmentation des pistes cyclables, ouverture de nouveaux parcs, etc. C’est un programme de résistance à l’austérité et aux politiques néolibérales, de défense de nos
services publics et de nos biens communs mais aussi de construction d’une ville plus démocratique, plus solidaire, plus écologique. Les promesses n’engageant que ceux qui les croient, nous resterons toutefois vigilant·e·s pour qu’elles se transforment en actes, notamment en ce qui concerne l’ouverture de nouveaux droits démocratiques (référendum d’initiative citoyenne, 1% citoyenneté, droit d’intervention des Dionysien.ne.s dans les Conseils Municipaux).

Ce programme, qui devait être commun à nos deux listes, est en totale opposition à celui de Notre Saint-Denis et de Mathieu Hanotin. Leur « ville équilibrée » n’ambitionne rien d’autre que d’en finir avec notre ville populaire. Notre Saint-Denis, c’est la vision née d’un vieux monde, celui qui considère que cette ville riche de 1 700 ans d’Histoire, inscrite de façon prestigieuse dans son patrimoine architectural, serait trop bien pour le peuple. Celui qui considère que le processus illimité de métropolisation, qui chasse les travailleurs toujours plus loin de leur lieu de travail et augmente les temps de trajet et notre dépendance aux énergies carbonées, serait un mode de développement viable. Celui qui considère que l’accroissement toujours plus important de la distance entre la prise de décision politique et les citoyens serait encore possible aujourd’hui. Mathieu Hanotin, c’est le candidat du 21ème arrondissement de Paris. C’est le candidat qui accompagne avec zèle les grands projets sans rien trouver à y redire. C’est le candidat qui s’accommode parfaitement de la confiscation du pouvoir local par la Métropole du Grand Paris et par les promoteurs immobiliers. En tant que Maire, il ne protègera pas plus les Dionysien.ne.s qu’il ne l’a fait en tant que député de la majorité sous François Hollande, où il a laissé casser notre système de solidarité et de santé via une austérité budgétaire qui ne profite toujours qu’aux plus riches. Nous ne voulons pas d’une municipalité qui applique comme il le promet cette austérité aux services publics et aux agents municipaux, qui arme sa police municipale et qui chasse les classes populaires en réduisant au minimum la part des logements sociaux.

Pour ces raisons, en toute responsabilité, Saint-Denis en Commun l’affirme clairement :« Pas une voix ne doit aller vers Notre Saint-Denis et Mathieu Hanotin ».

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on skype
Share on whatsapp
Share on email
Share on tumblr
Share on email
Share on telegram
Share on stumbleupon

Laisser un commentaire

Vidéo à la une

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur TWEETER

Fermer le menu
×
×

Panier